Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cruise-lovers.over-blog.com

Cruise-lovers.over-blog.com

croisière , msc , costa , excursion , voyage , Tourisme , Vacances

"Rivages du Sud" Taaj - Costa Voyager Octobre 2013

Pour notre neuvième croisière, nous avons profité des déboires de Taaj,
compagnie de luxe ayant confié à Costa les cabines qu'elle n'arrivait plus à
vendre. Costa proposant les billets au prix d'une croisière "classique" voire
même en promotion, nous avons décidé de tester cet armateur qui a aujourd'hui
disparu du marché.

A bord, l'ambiance n'était pas au top car la plupart des passagers étaient, soient des habitués de Taaj , contrariés de voir leur petit cocon de luxe envahi par des passagers Costa ayant acheté leur croisière au rabais, soit des primo croisiéristes, souvent jeunes, qui avaient acheté leur voyage par le biais de Costa sans savoir qu'il s'agissait d'une croisière organisée par une compagnie
avant tout dédiée aux séniors (Moyenne d âge du bateau, source Taaj:
64 ans) !

TAAJ

Nous avions à notre table deux couples, d'une vingtaine années. C'étaient leurs premières vacances et ils s’étaient vus vendre ce voyage par une agence qui leur avait assuré "qu'ils trouveraient à bord énormément de personnes de leur âge et des activités en rapport" ! Autant vous dire que, pour eux, ce fut une grande déception. Nous avons même frôlé la "mutinerie"  un soir où l'accès à la boîte de nuit leur a été refusé car  l'espace avait été réservé, pour la soirée, à l'équipage ! Je crois d'ailleurs que cela les a dégoûté des croisières tout court.

Les habitués de Taaj, surpris et enragés d'apprendre que certains passagers avaient réservé par Costa et payé moitié moins chers qu'eux, n'en finissaient plus de se plaindre de cette démocratisation qui, selon eux, était responsable de  la baisse de qualité des prestations :  "on mangeait mieux avant, on ne payait pas nos consommation ... "

De notre point de vue, le plus important restait l'itinéraire de la croisière qui comportait  quatre escales nouvelles pour nous. Au départ de Marseille, nous allions nous rendre à : Ajaccio, Milazzo, Sarende, Corfou et Olbia.

 

 

LES ESCALES

 

Ajaccio

Ajaccio

En Corse, le bateau était accosté au centre ville.

Nous avons commencé la journée par une promenade au marché situé place Foch. On y retrouve toutes sortes de produits locaux, des fruits et des légumes, de la charcuterie et des fleurs .

Nous sommes ensuite allés faire un tour du côté des halles aux poissons
déformation professionnelle oblige (je travaille dans une coopérative de vente
de produits de la pêche).

Nous nous sommes ensuite dirigés vers la Rue Saint-Charles où se trouve la maison de Bonaparte.

Puis, nous avons visité la Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption. Nous nous sommes aussi rendus jusqu'à la place De Gaulle où se trouve la statue de Napoléon et de ses quatre frères avant de continuer notre ballade vers  la plage Saint-François et la Citadelle.

La visite du fort n'étant pas autorisée, nous avons fini notre promenade par un peu de shopping.

Nous avons trouvé la ville d' Ajaccio plutôt agréable mais nous étions quand même un peu déçus. Peut être avions nous trop d'attentes de l'île de beauté, peut être n'avons nous pas exploré toutes les richesses de cette ville corse ...

 

Milazzo

Milazzo

Là encore, le bateau nous a laissés aux portes de la ville.

En sortant, nous avons parcouru la "Passegiatta", une promenade qui longe le front de mer afin de nous rendre au "Castello Fréderic II" qui est situé sur un site fortifié au sommet d'une colline surplombant la ville. Bien qu'on l’appelle château, il s'agit plutôt d'une citadelle composée de nombreux
bâtiments, dont une cathédrale et un couvent bénédictin.
On y trouve
notamment le" Duomo Antico", une église du XVII siècle.
Les
premières constructions sur le site datent de quatre mille ans av. J.-C.

Après notre visite des remparts et du château, nous sommes redescendus voir la ville qui ne présente que peu d'intérêt.  En plus, les boutiques n'ouvraient qu'en fin d'après midi à l'heure de départ du Voyager .

 

Saranda

Sarende

Saranda est une municipalité du sud de l'Albanie, située en face de Corfou, que Taaj nous avait présentée comme "une station balnéaire très appréciée des albanais".

Malheureusement, nous ne sommes pas albanais et, après coup, ces paroles nous ont semblé un doux euphémisme. C'est le moins qu'on puisse dire !!!

Débarqués en chaloupe, nous étions pressés de découvrir cette ville et ce pays où aucun armateur à part Taaj ne s'était jamais arrêté. Mais, ce fut la douche froide.

Nous n'avons vu que des bâtiments modernes amoncés les uns sur les autres sans aucune harmonie et, qui plus est, pour la plupart non achevés.
Il y a très peu de commerces, rien de typique et seule la promenade du front de mer est agréable.
Ce fut pour nous le temps à terre le plus court de toute nos croisières. Au bout de demie heure, nous étions de retour sur le bateau.

Nous avons compris ce jour-là pourquoi l' Albanie n'était pas un lieu
d'escale pour les autres compagnies et qu'il valait mieux revoir un joli port
plutôt qu'accoster dans un lieu nouveau et sans charme. Mais peut être que
cela a changé car Msc propose, à son tour, un arrêt à Sarrende depuis 
cette année

 

Corfou

Corfou

Nous nous sommes rendus à Corfou à pied et avons atteint la ville après une demie heure de marche.

Ayant déjà exploré le fort et le reste de la cité lors d'une précédente croisière, nous avons préféré flâner dans la vieille ville qui est le centre touristique de l'île .
Elle est composée de ruelles pavées de style vénitien et de bâtiments aux 
façades ocres avec des volets verts.

On se croirait un peu en Italie ce qui déçoit souvent les touristes qui espèrent retrouver dans cette île grecque le style architectural des "Cyclades". Mais, personnellement, cela ne nous dérange pas car nous aimons bien nous perdre dans ce labyrinthe de rues et de placettes.

 

Olbia

Olbia

Nous avons découvert Olbia par nos propres moyens. Une navette gratuite nous a transporté du port au centre ville.

Nous avons d'abord visité la basilique "San Simplicio" construite au sixième siècle avant d'explorer l'église de Saint-Paul-l' Apôtre qui date  du XV siècle  avec sa coupole couverte de carreaux de céramique colorés .

Nous avons ensuite fait les boutiques car la ville ne présente que peu d’intérêt. Par contre, les croisiéristes qui sont allés sur la côte d'émeraude en sont
revenus enchantés.

 

LE BATEAU

Les animateurs Costa, qui n'étaient que deux, ne proposaient pas beaucoup d'activités. Ils étaient en charge des animations aux heures où le bateau était à quai lorsque l'équipe de Taaj n'était pas à bord.

Les animations proposées par Taaj étaient, quant à elles, en rapport avec l'âge de leur clientèle habituelle :
jeux d'expression écrite ou de pliage de papier, scrabble et divertissement de type "questions pour un champion". Nous avons participé à certaines d'entre elles mais avons trouvé que cela manquait de dynamisme. Ma compagne a
notamment regretté l'absence d'activités physiques comme le fitness ou  la
zumba.

Les boissons à table étaient incluses .
Les clients Tajj ne payaient pas de frais de séjour contrairement à ceux qui avaient réservé leur billet par le biais de Costa .
Les repas étaient d'un niveau semblable à celui du reste de la flotte Costa.

Pour nous qui apprécions l'intimité des petits bateaux, le Voyager est un
navire assez plaisant.
Les espaces à vivre sont  suffisants à l'exception du buffet qui manque de place assises à l'intérieur comme à l'extérieur. L'espace pour présenter les plats était aussi insuffisant.

Globalement, nous avons bénéficié de très bonnes prestations au regard du prix auquel nous avons payé la croisière en passant par Costa.

Mais rien ne justifie le tarif exorbitant pratiqué par Taaj auprès de sa
clientèle. Peut être est-ce la raison pour laquelle la compagnie a coulé ... Il
faut dire que les habitués de Taaj sont des personne âgées qui refusent de se
mélanger aux autres nationalités et même aux autres milieux sociaux qu'elles. 
Ils ne connaissent rien à part Taaj, Tmr et Paquet. Or, cette clientèle,
n'est pas en pleine expansion à l'heure où les croisières se démocratisent
de plus en plus.

Costa Voyager

Notre cabine intérieure était spacieuse et confortable.
Tout les soirs, l'on nous déposait des chocolats et un poème de Victor Hugo sur le lit. Ces petites attentions, propres à Taaj, étaient agréables.

 

Nous pouvions aussi assister à de petits concerts  dans les salons. De la
musique calme adapté à la clientèle de Taaj que j'ai beaucoup apprécié, ma
compagne beaucoup moins. Elle aurait préféré écouter des chansons et une
musique plus rythmées.

Lors de certaines escales, des "navigations commentées" sont retransmises sur les hauts parleurs des ponts extérieurs. Elles racontent l'histoire d'un lieu aux passagers avec une mise en scène sonore. Seul Taaj propose ce type de
divertissement.

Les spectacles étaient de qualité diverse.

Gros point négatif pour nous : Il n'y avait pas de théâtre sur le Voyager.

Par contre, deux animations emblématiques de Taaj, qui ont lieu sur les ponts extérieurs, valent le détour : La féerie des eaux, un spectacles à base de jets d'eau et de musique ainsi que le Taaj Circus, un spectacle composé
de numéros de cirque.  Nous avons aussi eu droit à un comique, Gilles
Detroit, qui nous a beaucoup faire rire. Il est évident que l'on ne pourrait pas
assister à ce type de divertissement avec les compagnies italiennes ou
américaines, barrière de la langue oblige.

Au final, nous avons bien aimé notre croisière car, même si les animations n'étaient pour la plupart pas assez rythmées, nous avons assisté à des spectacles différents de ceux proposés par les autres compagnies (cirque, féérie des eaux) qu'il est intéressant de voir au moins une fois. L'escale à Sarrende nous a beaucoup déçue mais les autres se sont bien passées. Nous n'avons pas eu de coup de coeur mais avons pu découvrir des villes nouvelles et plutôt jolies.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article